Débat autour de l’inclusivité

Le Rendez-vous débat de SPHERES

Le Dimanche 10 mars, 16H30 à Grenouille

discussion autour du thème de l’inclusivité.


Pourquoi les animateurs de réunion sont-ils majoritairement des hommes, alors que les secrétaires sont souvent des femmes ? Que penser de l’écriture inclusive ? Faut-il être représentatif de tous et toutes dans les supports de communication ? Et comment assurer la parité dans un groupe ? Ces questions nous ont été posées à plusieurs reprises lors de nos réunions et assemblées et peuvent interroger notre organisation interne, la répartition des tâches et des rôles entre les individus et la manière dont nous communiquons.


En partant d’abord de la question du genre et de l’égalité entre les femmes et les hommes, puis en l’élargissant à celles des différences sociales, ethniques, générationnelle ou culturelle, la dernière assemblée générale s’est posé la question de l’inclusivité dans les illustrations et représentations que véhicule SPHERES à travers ses supports de communication mais aussi dans ses propres fonctionnements. Elle a donc proposé d’organiser une discussion ouverte aux adhérents.


Être inclusif ? Qu’est ce que cela veut dire et qu’est ce que cela entraîne comme contraintes dans les productions de communication ? Le caractère à dominance masculine de certaines illustrations qui cherchent à représenter notre projet de lieu collectif a semblé gêner certaines personnes, mais les remarques soulevées par certains des adhérents paraît également poser problème à certains des illustrateurs de l’association, la contrainte de représentativité conditionnant la création.

La parité au sein des instances de l’association est elle aussi un sujet de débat récurent. En effet, notre premier conseil d’administration était constitué de cinq hommes pour seulement deux femmes, notre second fut quant à lui composé de cinq hommes pour une seule femme tandis que le conseil d’administration actuel se trouve composé de trois femmes pour quatre hommes. La répartition des tâches et les prises de paroles se font au volontariat et ont pour l’instant tendance à correspondre à une répartition sexuée. La parole publique semble souvent être une difficultés pour certains ou certaines tandis que certaines tâches ingrates peuvent être régulièrement prises en charge par les mêmes personnes. Ces répartitions des compétences sont-elles le résultat de détermination sociale ou de sexe, ou bien sont-elles simplement liées aux personnalités et aux caractères propres à chaque personne ?

L’écriture inclusive a été également un sujet de discussion et de questionnement régulier. En effet l’usage de l’écriture inclusive a intéressé plusieurs personnes au sein des élu-e-s de notre association mais s’est heurté à la lisibilité de ce que nous écrivions. L’interruption systématique de la fluidité du texte pour laisser la place à l’inclusivité nous a finalement poussé à limiter son usage à certains titres et à remplacer par des mentions inclusives telles que « tous et toutes ».

Si l’inclusivité n’est pas le premier cheval de bataille de l’association SPHERES, celle-ci ne peut ignorer la récurrence des remarques et questionnements sur ces thèmes. Ainsi nous espérons vous voir nombreux et nombreuses ce dimanche 10 mars au Café-Librairie Grenouille à Langeac dès 16H30 pour discuter ensemble de ces thèmes et des problématiques que cela peut engendrer.

Société Philanthropique et Humaniste d’Expérimentations Rurales Évolutives et Solidaires.

Association loi 1901.

1 commentaire sur “Débat autour de l’inclusivité”

  1. Ping :Le Printemps des Associations -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *